MARCION


MARCION
MARCION

MARCION (85 env.-env. 160)

Hérétique chrétien, né à Sinope (Pont). Marcion vint à Rome vers 140, eut des démêlés avec l’Église locale et en fut chassé en 144. Influencé par le gnostique Cerdon, Marcion fonda une Église fortement hiérarchisée, qui regroupa un grand nombre de fidèles en Orient au moins jusqu’au Ve siècle. L’historien allemand Adolf von Harnack a donné de l’œuvre de Marcion une reconstitution et une interprétation dans lesquelles il projetait beaucoup de ses sentiments de protestant libéral.

Marcion semble avoir été marqué par l’opposition paulinienne de la Loi et de l’Évangile, telle qu’elle apparaît dans les Épîtres aux Romains et aux Galates. La prise de conscience de cette opposition entre la justice vindicative de l’Ancien Testament et l’amour miséricordieux du Nouveau Testament a eu chez Marcion valeur d’illumination. Le Christ a révélé un Dieu radicalement différent du Dieu de l’Ancien Testament. Le surgissement de la révélation du Dieu de miséricorde discrédite irrévocablement l’ancienne disposition. L’Église chrétienne ne doit pas, selon la métaphore évangélique, mettre «le vin nouveau dans de vieilles outres». Marcion ressent comme une vocation impérieuse le devoir de purifier la foi chrétienne de sa gangue hébraïque et de libérer l’homme de la domination du Dieu justicier. Or, dès les origines chrétiennes, il s’est opéré un mouvement de judaïsation du christianisme qui n’a pas épargné le milieu apostolique, de sorte que la révélation du Christ a été falsifiée par une identification du Père de Jésus-Christ avec le Dieu de l’Ancien Testament. Guidé par les invectives de Paul contre ceux qui retournent à la Loi et oublient l’Évangile, Marcion essaie d’éliminer du Nouveau Testament toutes les «interpolations» judaïsantes. Il choisit parmi les Évangiles celui de Luc, qui accentue au maximum la rupture avec l’Ancien Testament, tandis qu’il rejette les autres, ainsi que les Épîtres aux Hébreux et les Épîtres pastorales. Dans ses Antithèses , Marcion s’appliquait également à mettre en relief, par une exégèse très littérale, les passages de l’Ancien Testament accentuant la justice vindicative du Créateur et, par son refus du sens figuré, il montrait que les prophéties sur le Messie visaient un roi politique et non le Christ.

Peut-être Marcion n’a-t-il pas enseigné l’existence de deux dieux et n’a-t-il voulu qu’accentuer la nouveauté de l’image de Dieu présentée par le Christ et l’attitude nouvelle qu’elle suppose chez l’homme. En tout cas, il ne considère pas le Dieu de l’Ancien Testament comme foncièrement mauvais à la manière gnostique, et il reconnaît à ce dernier la valeur d’un document historique et d’un code moral. Hormis une répugnance envers le monde matériel (laquelle conduit à une christologie docète), on ne trouve pas chez Marcion les positions gnostiques les plus caractéristiques. Il ne propose aucune révélation nouvelle, ne promet aucune gnose, n’élabore aucune mythologie sur la destinée de l’âme et n’institue aucune sacramentalité nouvelle. Il procède essentiellement à une radicalisation de la pensée paulinienne, qu’il simplifie pour rendre compte rationnellement de la coexistence d’un Dieu parfait et d’un monde imparfait. L’influence de Cerdon a peut-être permis au dualisme qui était latent chez Marcion de se développer. La lecture que celui-ci fait de Paul est marquée, en effet, par une conception dualiste du problème de l’histoire et du monde.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Marcion — du Pont ou de Sinope était une personnalité du christianisme ancien de la fin du Ier siècle et de la première moitié du IIe siècle ( 85 160[1]) ; condamné et écarté par la communauté chrétienne de Rome alors dirigée, selon la… …   Wikipédia en Français

  • Marcion — oder Markion (* um 85 in Sinope in Pontus; † 160) war der Begründer einer einflussreichen christlichen Richtung des 2. Jahrhunderts mit Nähen zu gnostischen Einflüssen. Seine religiösen Bestrebungen wurden im Prozess der Selbstdefinition der… …   Deutsch Wikipedia

  • Marción — de Sínope. Marción de Sinope (*c. 85 en Sínope (Ponto); † c. 160 en Roma [ciertos autores dan 95 161]), escritor y teólogo griego, fue un heresiarca cristiano del siglo II, fundador de la secta marcionista. Su doctrina se resume en la existencia… …   Wikipedia Español

  • MARCION — Haeresiarcha Sinopensis, Ponticus saepe dictus, quod patria eius olim ad Pontum pertineret, Stoicos primo sequutus, dein secessum et paupertatem spontaneam amplexusest sed vitii puellae illati convictus, a Patre Epifcopo Ecclesiâ pulsus, romam… …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Marcion — Marcion, geb. in der ersten Hälfte des 2. Jahrh. in Sinope, wurde nach Einigen wegen häretischer Meinungen, nach Andern, weil er ein Mädchen geschwächt hatte, excommunicirt, ging zwischen 140–150 nach Rom, lebte hier sehr streng, anfangs in… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Marcĭon — Marcĭon, der Stifter der Marcioniten, einer christlich gnostischen Sekte, war nach der besten Überlieferung ein Reeder zu Sinope im Pontus, begab sich um 140 nach Rom, wo er unter den Einfluß des syrischen Gnostikers Cerdo kam, brach 144 mit der… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Marcion — Marcĭon, Gnostiker, Sohn eines Bischofs von Sinope, lehrte um 150 n.Chr. ein gnostisches System mit schroffer Betonung des Gegensatzes von Gesetz und Evangelium. Der sog. Kanon des M. enthielt eine Abart des Lukasevangeliums und zehn Briefe des… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Marcion — Marcion, ein Vertreter der falschen Gnosis (s.d.), Sohn eines Mannes, welcher später Bischof von Sinope in Pontus wurde, mit Talent und Wissen reichlich ausgestattet, verführte eine Jungfrau, wurde von seinem eigenen Vater deßhalb excommunicirt,… …   Herders Conversations-Lexikon

  • Marcion — nació en Sinope (actual Turquía) en el Ponto en el siglo II. Era un gentil convertido al cristianismo. Muy rico, ya que era naviero, viajó a Roma entre los años 120 y 130, con la idea de intervenir en la propagación de la fe. Las gentes de… …   Enciclopedia Universal

  • Marcion — Mạrcion,   Mạrkion, frühchristlicher Theologe, * Sinope um 85, ✝ um 160; Sohn des Bischofs von Sinope. Als Irrlehrer aus seiner Heimatkirche ausgeschlossen, ging Marcion nach Rom (vor 140). Dort entwickelte er als gelehrter theologischer… …   Universal-Lexikon